Passer au contenu

Pilotes Automatiques: Compréhension des fonctions de performance

Comment votre pilote automatique pourrait vous ramener sur l'eau et vous donner l'avantage lorsque la course reprendra – partie 3

La plupart des gens savent comment activer et désactiver leur pilote et régler le cap à l'aide des boutons d'incrément de 10 degrés ou de 1 degré. Certains peuvent basculer entre le mode compas et le mode vent, mais dans la plupart des cas, c'est le cap du compas qui est utilisé.

Pourtant, les pilotes automatiques actuels sont capables de diriger aussi bien voire mieux, dans certaines conditions, qu'un être humain. Mais pour y parvenir, il faut comprendre le niveau supérieur des commandes, savoir comment elles fonctionnent et quand et pourquoi vous pourriez vouloir les régler.

Pour ce faire, il faut accorder un peu plus de temps à la configuration, mais cela en vaut la peine, surtout si vous naviguez en équipage réduit et/ou au large.

« D'une façon générale, l'angle et la manière dont il est fourni au vérin du pilote automatique sont calculés à partir de la somme de trois facteurs clés, appelée commande « proportionnelle », « intégrale » et « dérivée », mieux connue sous le nom de PID », explique Matt Eeles, Directeur produit chez B&G. « À bord du bateau, ces trois facteurs peuvent être réglés par le barreur à l'aide de trois fonctions. »

Gain de barre

Gain de barre – (P) Cette option permet de modifier la valeur de l'angle de barre utilisé pour reprendre la route et la vitesse d'application. Si vous augmentez le gain, le pilote automatique répond rapidement et de manière agressive à n'importe quelle demande. Il s'agit de la principale fonction utilisée pour s'assurer que le pilote automatique répond de manière appropriée aux conditions actuelles.

« Il n'est pas inhabituel que les gens pensent avoir besoin d'un gain élevé dans tous les cas, mais la réalité n'est pas aussi simple. Si vous comparez cela à la direction d'une voiture, si vous allez vite, vous pouvez souhaiter qu'un angle plus petit soit doucement appliqué aux roues pour effectuer un changement de direction, que lorsque vous allez lentement. Vos souhaits en matière de gain sont variables. »

Auto Trim

Auto Trim – (I) Cette fonction apprend l'ardence qui doit être appliquée pour obtenir un cap stable. La modification de ce paramètre permet de régler la vitesse à laquelle le pilote automatique apprend à faire face à l'ardence.

« Pour évaluer et configurer l'Auto Trim, désactivez le pilote automatique, amenez le bateau sur un vent de travers et naviguez manuellement jusqu'à ce que vous soyez satisfait de la sensation de la barre. Activez le pilote automatique et attendez de voir si le cap reste le même. Introduisez ensuite une certaine ardence en bordant la grand voile.

Si le pilote automatique ne compense pas assez rapidement, vous devez réduire l'Auto Trim pour lui permettre d'apprendre plus rapidement. »

Contre barre

Contre barre (D) – La contre barre est la fonction qui ramène la barre dans la direction opposée pour empêcher le bateau de dépasser le cap requis.

« Pour vérifier cette fonction, configurez le bateau sous moteur et notez l'angle auquel vous avez commencé et celui auquel vous souhaitez que le pilote dirige le bateau. Ensuite, apportez de grands changements de cap, disons 20-30 degrés à la fois. Vous pourrez ainsi voir si le pilote sous- ou surcompense.

S'il surcompense, augmentez la contre barre.

S'il sous-compense, diminuez la contre barre. »

 

Pour vous souvenir facilement de l'importance des trois commandes clés et de l'importance d'amener le pilote à diriger le bateau comme vous le souhaitez:

  • Gain de barre – Réglez cette option pour que le pilote automatique dirige aussi bien le bateau que vous. 80 % du temps, c'est ce paramètre que vous ajusterez.
  • Auto Trim – Réglez cette option pour que le pilote automatique dirige mieux le bateau que vous.
  • Contre barre – Réglez cette option pour que le pilote automatique dirige mieux le bateau que vous.

Les meilleurs conseils de Matt

  • La commande sans fil (WR10) est un élément important, sinon essentiel du kit, qui vous permet de contrôler le pilote où que vous soyez sur le bateau.
  • À moins que vous ne risquiez un "départ au tas" ou une collision, résistez à la tentation de prendre le contrôle lorsque le pilote ne se comporte pas comme vous l'aviez prévu ou souhaité.
  • Au lieu de cela, observez ce qui se passe. Vous aurez une meilleure idée de ce qu'il faut changer pour améliorer les choses si vous pouvez comprendre ce que le pilote essaie de faire et pourquoi.
  • Savoir le temps qu'il faut au compas pour se mettre en phase lorsque vous abattez autour d'une bouée, surtout si vous êtes sur le point de hisser le spi. Il est facile d'aller trop vite avec le palan et de finir couché sur le flanc.
  • Si malgré un étalonnage, les problèmes persistent, ou si vos instruments sont mystérieusement devenus mal étalonnés, vérifiez qu'il n'y a pas de métal à proximité du compas. Par exemple, une boîte à outils ou une ancre y a-t-elle été placée, ou peut-être qu'une autre pièce métallique est tombée et se trouve maintenant à proximité du compas, causant des interférences?
  • N'en attendez pas trop, et pas trop tôt de votre pilote. Ne le mettez pas sous tension pour la première fois lorsque vous passez la bouée.
  • Et attendez-vous à vous tromper. Il faut du temps pour obtenir les paramètres corrects et du temps pour instaurer la confiance.

Biog

Matt Eeles

Matt a rejoint Brookes & Gatehouse en 2003 après avoir travaillé comme ingénieur informatique et effectué une campagne olympique à plein temps dans la classe multicoque Tornado. Après avoir navigué un certain temps autour du monde, il a commencé chez B&G au département Recherche et développement avant de devenir directeur produit en 2020.

 

Conseils et astuces pour vos appareils électroniques B&G

Radar pour la voile

Le radar offre de nombreux avantages pour la navigation à voile, côtière et hauturière, et pas uniquement pour éviter les collisions.