Passer au contenu

Série RacePanel avec Mark Chisnell - 3e partie : définir un parcours de course

Dans cet article, nous nous intéressons aux outils qui vous aideront à définir et à comprendre les subtilités du parcours de course.

Définir un parcours de course

On peut éprouver du plaisir en planifiant une croisière estivale en famille ou entre amis. Cela peut donner lieu à des discussions autour de la table, voire à quelques soirées d'hiver au milieu de cartes déroulées, d'atlas des marées et de guides de croisière. Ensuite, selon votre degré d'organisation, le navigateur désigné pourra se mettre à définir des waypoints et à les saisir dans le traceur de cartes du bateau.

En course, c'est une toute autre affaire. Songeons par exemple à la façon dont les parcours sont transmis aux participants des courses du Solent. Les waypoints sont à choisir dans une liste de plus de 150 indicateurs de manœuvre ou de passage. Le parcours, lu ensuite sur un canal VHF spécifique (et parfois envoyé par SMS ou WhatsApp), donne les indicateurs à la flotte, en précisant, à l'aide d'une série de codes alphanumériques, dans quel ordre et de quel côté passer. Tout ceci se déroule dans l'aire de départ et oblige le navigateur à comprendre les exigences du parcours en un minimum de temps, avant que le signal du départ ne soit donné.

Simplicité et rapidité

D'habitude, les waypoints sont saisis dans un traceur de cartes ou un système de navigation en utilisant la latitude et la longitude comme coordonnées. Cette méthode reste la plus efficace pour créer la base de waypoints pour des courses de type Solent, où ils figurent tous dans une liste préparée à l'avance. De plus, les traceurs de cartes Vulcan et Zeus de B&G offrent au navigateur une interface rapide et simple d'emploi qui lui permet de sélectionner les bons waypoints dans la base de données et donc de se concentrer sur la stratégie à adopter, et non sur la destination.

Vous pouvez aussi gagner du temps en procédant par insertions groupées (Bulk Insert) et accéder au parcours à l'aide de raccourcis d'indicateurs, par exemple « 4V.P, 4O.S »

Au vent / Sous le vent

L'écran Course est aussi un excellent outil pour définir les routes au vent ou sous le vent. Souvent, la portée et le relèvement du premier repère peuvent être réglés très tard dans la séquence de départ. Le navigateur doit alors définir tous les autres repères (portes, espacements, etc.) correspondant à la distance et au relèvement en question.

L'écran Course simplifie et accélère cette opération en établissant un parcours au vent / sous le vent par l'intermédiaire d'une simple boîte de dialogue qui permet de saisir les caractéristiques de la route.

Modifications en direct

Les points d'itinéraire de l'écran Course sont modifiables de plusieurs façons. Personnellement, je fais toujours mes modifications sur l'écran de la carte après les avoir passés. C'est une très bonne façon de faire, car on peut faire glisser le repère au bon endroit, en observant la trajectoire suivie pendant qu'on naviguait autour.

C'est, de loin, le moyen le plus précis de placer le repère au bon endroit en vue de votre prochain passage, et cela vous libère du stress d'essayer d'établir le waypoint pendant la manœuvre, car à ce moment-là, c'est en principe la navigation qui vous occupe, et pas qu'un peu.

Résumé utile

Une fois que l'itinéraire est dans le système, le traceur de cartes affichera un résumé du parcours de course, avec pour chaque repère, les distances et les relèvements. Cela vous permettra d'évaluer, à l'avance, toutes les options dont vous disposez pour chaque segment, de choisir vos voiles et de prendre les bonnes décisions tactiques et stratégiques. Les traceurs de cartes B&G disposent d'un autre outil encore plus puissant qui peut vous aider dans ce processus : l'écran What If, qui fera l'objet d'un autre article.

Conseils et astuces pour vos appareils électroniques B&G

Radar pour la voile

Le radar offre de nombreux avantages pour la navigation à voile, côtière et hauturière, et pas uniquement pour éviter les collisions.