Passer au contenu

Liste de contrôle du navigateur : 2e partie

Mark Chisnell partage la deuxième partie d'une liste de contrôle qui a fait ses preuves

Vérifiez l'électronique - Manuels d'utilisation et pièces de rechange

Le navigateur est souvent responsable de l'utilisation et de la maintenance des appareils électroniques. Il peut être intéressant de savoir naviguer sans appareils électroniques, de savoir les réparer, ou mieux : les deux ! Même si la réparation nécessite l'intervention d'un technicien qualifié, mieux vaut posséder une compréhension complète du système, car plus on en sait sur un problème donné, moins sa résolution prendra de temps.

Les pièces de rechange et les manuels à bord dépendent de la longueur de la course, de la taille du bateau et des connaissances en électronique du navigateur et des autres membres de l'équipage.

J'allume toujours tout en arrivant sur le bateau avant la course, puis je vérifie que tous les capteurs envoient des données pertinentes, notamment les données GPS, le cap du compas, la vitesse du bateau, la vitesse et la direction du vent, et je vérifie aussi que tout ce qui fonctionne en réseau y est toujours connecté (au réseau).

Étalonnez tous vos appareils

 L'étalonnage est aussi essentiel aux instruments à bord que peut l'être la situation d'un bien immobilier aux yeux d'un acheteur potentiel. Lisez les manuels, apprenez à faire fonctionner vos appareils, installez-les et vérifiez-les constamment. Si tout ceci est nouveau pour vous, alors je vais vous faciliter la tâche en reprenant un extrait de mon livre, écrit en collaboration avec B&G :

Jumelles

Je préfère les jumelles à boussole intégrée afin de pouvoir me repérer sur des objets lointains sans devoir jongler entre les jumelles et la boussole.

Boussole à relèvement manuel

Le navigateur doit toujours en avoir une sur lui, car c'est l'objet le plus utile sur le bateau pour mesurer ses performances face à ses concurrents. Cet outil permet de confirmer visuellement ce qu'indique le traceur de cartes en ce qui concerne la progression par rapport à un courant transversal, ou de positionnement par rapport à une layline, et bien d'autres choses encore.

Pour bien choisir sa boussole, je vous conseille de faire le test de « l'aiguille fixe » : mettez la boussole autour du cou, laissez-la pendre, puis saisissez-vous-en, regardez la ligne de visée et évaluez le temps que met l'aiguille pour se fixer. En général, plus ça va vite, mieux c'est, bien que l'aiguille ait plus de mal à se fixer dans un état de mer agité.

Table de polaires et vitesses cibles

Il est recommandé d'avoir à bord un jeu de vitesses cibles et une table de polaires. Le concepteur du bateau est souvent à même de les fournir, et dans l'idéal, l'équipage doit disposer d'un programme permettant leur mise à jour (voir Enregistrement de données ci-dessous).

Lors de courses côtières sur des parcours au vent ou sous le vent, la vitesse d'approche réelle (VMG) est primordiale. En haute mer, c'est la table des polaires qui prime.

Ces valeurs doivent s'afficher là où le barreur et les régleurs peuvent les voir. Elles sont d'ordinaire programmées dans le système d'instruments ou dans le traceur de cartes de manière à pouvoir être affichées sur un écran, sur une carte imperméable, ou les deux. Il est toujours utile pour le navigateur d'avoir sa propre copie papier sur le pont.

Enregistrement de données

Sur les bateaux de plus grande taille, de plus en plus d'équipages s'efforcent d'enregistrer les données et d'analyser leurs performances pour maintenir et mettre à jour la table de polaires, les vitesses cibles et les passages à la voile. La méthode choisie peut être aussi simple que de prendre des notes sur du papier. Ou il est possible d'opter pour un pack complet d'enregistrement et d'analyse de données comme Deckman de B&G. Quelle que soit la méthode utilisée, assurez-vous que tout est à bord et en ligne avant de quitter le quai.

Calculatrice, tableaux et application « What If? »

Il faut impérativement pouvoir calculer la vitesse et l'angle du vent réel pour un segment à venir, ou les caps au près et au portant, et ce pour chaque virement, quels que soient le sens du vent et du courant. Mis à part la dernière partie - la compensation des marées - les personnes douées en calcul mental trouveront la valeur facilement, mais c'est parfois difficile à la fin d'une journée compliquée.

Les traceurs de cartes Zeus et Vulcan de B&G offrent tout ce dont vous avez besoin pour vous aider dans les tâches les plus complexes. Pour les courses longue distance, un logiciel de routage météorologique comme le Deckman de B&G mérite qu'on y investisse du temps, de l'argent, et qu'on se donne la peine d'apprendre à bien l'utiliser.

Instructions de navigation et avis de course

Même si c'est en grande partie au tacticien de s'assurer que le bateau n'enfreint aucune règle, il est bon de vérifier qu'une copie imperméabilisée se trouve à bord, si possible à portée de main, pour faire face à des moments d'absence du style « Euh, quelle couleur, déjà, la bouée de la ligne d'arrivée ? »

Drapeaux de contestation et de pénalité, formulaires de contestation et de déclaration, et règlements

Tout ça, il faut y penser, même si personne n'a envie d'être mêlé à un incident ou de passer la soirée dans le bureau des commissaires de course, mais avoir à bord les bons drapeaux, le règlement et les formulaires, cela évite quand même pas mal de stress.

Conseils et astuces pour vos appareils électroniques B&G

Radar pour la voile

Le radar offre de nombreux avantages pour la navigation à voile, côtière et hauturière, et pas uniquement pour éviter les collisions.